Tesla prépare la voiture autonome à 100%

En tant que leader dans la construction de voiture autonome,  Tesla s’avance peu à peu vers la voiture autonome à 100%. Une amélioration du  autonome est en cours et  sera effective au mois d’août de cette année. L’opération se fera par mise à jour.

L’accident de la voiture Tesla qui a causé la mort d’une femme a poussé le constructeur à faire cette mise à jour. Il consiste premièrement à améliorer le système d’avertissement sonore, en effet, ce système se déclenchait auparavant, toutes les deux minutes, après la mise à jour, ce sera toutes les 30 secondes. Notez que l’alarme ne fonctionne que quand le véhicule roule en mode Autopilot, cela veut dire que ce mode ne se déclenche pas automatiquement quand le conducteur a besoin de piquer un petit roupillon. Donc il faut savoir que :

  • le véhicule autonome n’est pas un robot qui sait tout faire à votre place au point de lui confier votre vie et celles des autres usagers de la route.

Même un intervalle de 30 secondes est trop long en considérant la rapidité des événements lors du dernier accident causé par la voiture Tesla en mars. Ni la femme qui était à la commande ni la victime sur la route n’ont pas eu le temps de réagir avant l’impact fatal. De plus, la conduite autonome a foncé comme s’il n’y avait rien sur la route. Pourtant, l’Autopilot est censé reconnaître un obstacle sur sa trajectoire, par conséquent, il devrait  ralentir et freiner. Or, d’après le constat, la voiture autonome incriminée dans cet accident n’a même pas amorcé un début de ralentissement.

Tesla a donc décidé de faire monter la barre plus haut avec cette mise à jour V 9. Non seulement elle améliorera l’alarme en cas d’un long et dangereux assoupissement, elle rendrait aussi la voiture autonome plus sûre qu’avant. dans notre dernier article, nous avons parlé de chronique de rappel de voitures : c’est le tour de Fiat Chrysler

Publicités

Chronique de rappel de voiture : le tour de Fiat Chrysler


On a l’habitude d’entendre ou de voir des affaires de rappel de marques de voiture des grands constructeurs depuis quelques années. Actuellement, c’est au tour de Fiat Chrysler de monter sur cette scène à cause d’un problème de « système de Cruise » de ses modèles aux États-Unis. Mais le problème pourrait concerner les autres modèles dans bien d’autres pays.

Tout d’abord, il faut savoir que le rappel est un moyen de remédier aux défauts techniques de plusieurs voitures. Ces défauts peuvent causer des accidents plus ou moins mortels pour les occupants de la voiture et les usagers de la route.  On ne peut pas non plus cacher le fait que les grands constructeurs utilisent cette procédure par souci de préserver leurs images

Il n’y a pas de date précise qui nous indique quand s’était produit le premier rappel de voiture, mais on ne peut pas nier que cette procédure s’est intensifié depuis au moins une dizaine d’année. On pourrait penser que celui de Volkswagen lors de l’affaire « dieselgate » en 2015 pourrait être le plus coûteux de l’histoire, mais, il y a encore pire. Eh oui, c’est Ford qui détient le record du plus grand nombre de rappels, tout simplement parce que ce constructeur a fait plusieurs rappels de voitures. Ce qui fait qu’il a rappelé beaucoup plus de voitures que les autres marques comme Volkswagen, ou Toyota, etc.

En gros, toutes les grandes marques sont presque passées par ce scandale et la dernière en date concerne Fiat Chrysler. Mais ce dernier a préféré devancer les critiques pouvant entacher ses images en lançant volontairement une campagne de rappels pour corriger ce défaut.

Il s’agit de pour ce constructeur de corriger ce problème même si ce n’est encore qu’un doute. Ce problème  pourrait  empêcher la désactivation du système de régulation de la vitesse. En fait, il n’y a pas encore de problème grave à part celui d’un conducteur qui n’a pas réussi à désactiver ce système sur son Dodge Journey 2017.

Mais cet incident est suffisant pour que Fiat Chrysler lance une opération de rappel, car la pénalité de 150 millions d’euros qu’il a dû payer en 2018 lui est encore restée dans la mémoire.

La situation de la sécurité routière est une affaire qui nous concerne tous, on en parle dans notre dernier article si vous voulez en savoir davantage.

Situation de la sécurité routière pendant la première année du nouveau président

Pendant un an, quelle est la situation de la sécurité routière ? C’est sûrement la réduction de la vitesse maximale à 80 km par heure sur les routes secondaires qui est en tête de liste . En fait, on veut présenter l’état de la situation de la sécurité routière durant la première année du nouveau président Emmanuel Macron.  Il ne faut pas faire semblant d’oublier que la mesure de 80Km et les radars privés resteront longtemps dans la mémoire des automobilistes français.

En général, il apparaît que la sécurité routière ne se trouve pas dans la liste des priorités de la présidence. Il dirige plutôt ses efforts sur la mobilité et les voitures autonomes dont l’expérimentation  obtient le soutien des pouvoirs publics. En même temps, le gouvernement d’Emmanuel Macron augmente les sanctions concernant la limitation à 80 km par heure sur les 400 000 km de route secondaire qui entrera en vigueur au 1er juillet, malgré le rejet par 74% des Français. Le Président a plutôt confirmé au début du mois d’avril qu’il y aura un premier bilan sur les deux ans de son application. Donc, il n’y a aucun espoir que le gouvernement revient sur sa décision et décide de rétablir la vitesse maximale à 90 km par heure sur les routes départementales.

Concernant toujours cette mesure de 80 km/h, les Français sont toujours  contre malgré une campagne publicitaire qui affirme que la mesure a fait baisser de 7,8% la mortalité sur ces routes départementales. Et à propos de la privatisation des voitures radar, cette mesure risque fort de rentrer dans le garage à cause d’un manque de cadre juridique. Elles n’en sortiront peut-être que ce sont des gendarmes ou des policiers qui les conduiront.

L’association 40 millions d’automobilistes a profité  de l’annonce de l’illégalité de cette privatisation pour demander au président de suspendre immédiatement ladite mesure.

À part ces deux mesures qui ont fait couler beaucoup d’encres et ont rencontré beaucoup d’opposants, il y a d’autres mesures qui ont eu des effets plus ou moins positifs. Il y a, par exemple la mesure de protection des piétons et des cyclistes, elle consiste à donner au public une formation, la sécurisation des infrastructures, la verbalisation par vidéo des automobilistes qui ne respectent pas la priorité des piétons, etc.

Il y a aussi la mesure pour l’amélioration du traçage des réparations effectuées sur les voitures d’occasion…

Voilà la situation de la sécurité routière pendant la première année du nouveau président.

Si vous avez déposé chez votre voisin un objet de valeur faites attention car, il se pourrait que vous soyez victime comme ce couple dont la voiture a été vendue pour payer la dette de sa voisine.

La voiture d’un couple est saisie à cause d’une dette de sa voisine

Au début, le couple en question s’est arrangé avec la voisine pour garer leur voiture dans sa maison. Tout se passe bien jusqu’au moment (un an plus tard) où, voulant récupérer leur bien, ils ne la trouvent pas, de plus, la maison de la voisine est complètement vide. On imagine bien l’étonnement du couple et les questions qui se bousculent dans leurs têtes : « est-ce qu’un magicien serait passé et donné un coup de baguette pour faire ce miracle ? ». C’est une question un peu enfantine et un peu déplacée, mais la réponse est tout à fait différente.

En fait, la généreuse voisine qui a accepté d’abriter la voiture du couple était victime d’une saisie. Ceci veut dire que tous ses biens (y compris la voiture du couple qui se trouve dans sa maison !) sont vendus par un huissier. Le plus dur pour le couple, c’est que l’huissier chargé de la saisie était complètement dans son droit, d’après la loi en Canada, pays où se passe l’affaire.

Revenons un peu au moment où le couple constate que leur voiture n’est plus là : à la place, ils ont trouvé un conteneur. Il n’y a pas de doute que cette histoire restera gravée à tout jamais dans leur souvenir.

Le couple a évidemment cherché à récupérer leur voiture avec les moyens possibles. Le premier, consiste à trouver le courtier immobilier qui leur informe  que leur voisine a été expulsée de sa maison à cause d’une dette non payée. De ce fait, tous ses biens ont été vendus, avec la voiture du couple qui se trouvait là au moment des faits. Quand le couple a contacté l’huissier, celui les informe que leur voiture est non seulement saisie, mais vendue aussi pour payer la dette de leur voisine.

Le comble dans l’affaire, l’huissier n’a pas du tout tort, même si la voisine lui informe que la voiture en question ne lui appartient pas. En effet, au Canada, une loi en vigueur depuis janvier 2016 autorise un huissier à saisir de tous les biens dans la propriété d’une personne expulsée. Or il n’a pas accès aux informations concernant le vrai propriétaire de la voiture, car la société qui assure la voiture n’a pas le droit de lui communiquer ce genre d’information. Loi sur la protection des renseignements personnels oblige !

La loi donne donc le droit à l’huissier de vendre tout ce qu’il a trouvé chez la voisine pour payer sa dette. Au final, ils sont allés voir et négocier avec l’acheteur, celui-ci a accepté de leur rendre la voiture à condition qu’ils (le couple) paient les frais de remorquage et le renouvellement de la clé.

Les routes sont mal entretenues, mais les taxes sur les automobiles montent ! Nous en parlons dans notre dernier article au cas vous l’auriez manqué.

 

Les routes sont mal entretenues malgré la hausse des taxes automobile

mauvais etat de la route
Les routes sont mal entretenues, leurs états se dégradent de plus en plus, et il n’y a pas beaucoup d’études à faire pour le constater. Pourtant, tout le monde n’est pas sans savoir que les taxes sur les carburants et les recettes relatives à l’automobile ont augmenté ces derniers temps. Ces recettes sont, censé être versées dans les caisses d’état pour l’entretient de la réseau routière.

Selon un récent sondage, la majorité des Français veulent d’abord l’amélioration de l’état des routes, une condition sine qua non pour la sécurité routière. La plupart affirme que le réseau routier français est au plus mas de sa forme et un rapport qui a été publié en 2016 ne fait que confirmer cette constatation du grand public.

Si la France était le premier pays qui a le plus beau réseau routier mondial en 2012, elle a reculé  au septième rang en 2015. Actuellement, cela s’est encore aggravé, car des vagues de froid frappent certains axes, causant des nids de poule qui n’est pas pour améliorer la situation.

D’après le rapport de l’URF (Union Routière de France), le budget pour la route est en baisse il y a quelques années et c’est ce qui a entraîné le mauvais entretien du réseau routier. En chiffres, ce budget national et local pour l’entretien routier est tombé à 13,3 milliards d’euros. 11,9 milliards de ce budget sont utilisés par les collectivités territoriales  et se répartissent comme suit : 6,9 milliards d’euros en investissement et 5 milliards en budget de fonctionnement.

Selon toujours l’URF, depuis 2012, les dépenses en administration publique ont baissé de 26%. En 2013 le budget général était de 19 milliards d’euros et 15 milliards d’euros en 2015. Pour simplifier l’explication du mauvais état des routes,   celui-ci serait dû au manque de l’apport de l’état dans le budget d’entretien du réseau routier.

Or, nous avons parlé au début de l’article que les recettes sur l’automobile en générale ne cessent d’augmenter depuis quelque temps.  En 2016, celles-ci ont rapporté à l’état 40 milliards d’euros sans compter la TVA. La grande partie (28 milliards d’euros) de ces recettes provient du TICPE (taxes sur les carburants). Malgré ces recettes, l’entretient du réseau routier ne s’améliore pas pour autant, car, il semble qu’elles ne servent pas trop à l’entretien du réseau routier.

Sivous avez raté notre dernier article, sachez qu’on y a parlé de l’Adblue ,un produit qui lutte contre la pollution émit par le carburant diesel.

AdBlue, c’est quoi ?

Le mot AdBlue est apparu surtout, à cette époque où le déclin du diesel bat son plein. Beaucoup de constructeurs l’ont en effet, abandonné totalement ou partiellement. D’un côté, l’abandon de ce type de carburant n’est pas sans conséquence plus ou moins grave dans la vie en général. De l’autre côté, il y a encore pas mal de défenseurs qui ne cessent de chercher un moyen de sauver le diesel. AdBlue fait partie de ces moyens pour diminuer la pollution de la voiture diesel.

C’est quoi exactement ?

C’est un liquide composé d’eau (déminéralisée) à 67,5% et d’urée à 32,5%. Il est premièrement dégradable puis le plus important n’est pas dangereux pour la santé. Remarque : il va de soi que ce produit est conçu pour les poids lourds à moteur diesel, et ces voitures doivent être muni de la technologie SCR qui traite l’oxyde d’azote.

L’AdBlue est un produit injecté en amont de la SCR pour réduire un peu plus l’émission d’oxyde d’azote du diesel.

Détails : quand le liquide AdBlue est injecté, la chaleur convertit l’urée du mélange en CO2 (dioxyde de carbone) et ammoniac. Quand ils passent dans le SCR, une réaction chimique les transforme en vapeur d’eau et en gaz d’azote N2 qui, lui, n’est pas toxique (ce dernier fait déjà parti de la composition de l’air à 78%).

Consommation

La voiture qui utilise l’AdBlue en consomme, 1 à 3 litres par 1000Km en fonction du style de conduite. Pour certaines voitures, il y a des instructions précises sur la consommation, mais en général on ne peut pas prévoir  le moment de faire le plein jusqu’à ce qu’un témoin s’allume. Mais, là, on peut encore avoir une autonomie de plus de 2 km.

Point de vente et coût

Avant de l’utiliser, on doit savoir que l’AdBlue n’est pas un produit qu’on mélange avec le diesel. Il y a un réservoir spécial vous allez l’injecter. Vous devez donc vous renseigner chez votre concessionnaire avant d’en faire usage. Pour les points de vente, vous pouvez en trouver dans les rayons des certains supermarchés ou encore chez votre concessionnaire. Le bidon de 5 litres coute environ 10 €.

Si cet article parle de l’Adblue qui lutte contre la pollution émit par le diesel, notre dernier article parle de la sécurité routière, notamment la limitation de la vitesse sur la route sans séparation en Espagne.

Limitation de la vitesse sur la route sans séparation en Espagne

90km par heure

C’est encore une histoire de limitation de la vitesse, mais, cette fois, c’est en Espagne qu’il va faire parler de lui.

Pour la France, la question est encore en suspens dans l’hexagone car, selon un sondage, il n’y a que 24 % des conducteurs qui sont pour la limitation de la vitesse à 80km par heure sur les départementales. Il reste donc à trouver un terrain d’entente entre le gouvernement et les usagers de la route pour résoudre cette épineuse question.

Si le gouvernement persiste et signe sur la nécessité de cette mesure, l’autre camp manifeste son mécontentement par tous les moyens : défilés de motards, envoi de lettres ouvert au Premier ministre, etc.

Bref, c’est une histoire à suivre, surtout le 1er juillet, jour de l’entrée en vigueur de cette loi.

Mais revenons à notre sujet et prenons la route pour voir ce qui se passe en Espagne concernant la limitation de la vitesse.

Mais l’affaire, même si elle a quelques similitudes avec celle de la France, présente quand même des différences. Il s’agit d’abord du chiffre, car, pour l’Espagne la limitation de la vitesse sur les routes sans séparation est étudiée pour descendre à 90km par heure.

Notez que pour le moment cette limitation est à 100km par heure et la condition de cette limitation est la présence d’une bande d’arrêt d’urgence. La différence est aussi importante en ce que la gestion est laisser aux autorités locales comme les communes et les régions, selon l’état de leurs routes.

De plus, le gouvernement espagnol n’a pas fait comme celui des Français : il reste ouvert au dialogue. Donc, ceux qui sont contre cette mesure limitation de la vitesse qui descendra à 90km par heure pourront discuter avec le gouvernement et exposer leurs idées sur la question.

Ne ratez pas notre dernier article qui parle de la recharge rapide des voiture Porsche.

La recharge rapide des voitures électriques de Porsche est payante

On s’attendait à ce que la recharge rapide des voitures électriques de Porsche soit payante. Mais, cela ne nous étonne pas puisque Tesla est récemment passé en mode tarifaire, pour les nouveaux clients. Or, ce n’est pas le cas de Porsche (avec d’autres constructeurs) qui fait exprès ne pas vouloir offrir un service de recharge gratuit comme Tesla.  Toutefois, la gratuité de la recharge n’est que temporaire puisqu’il s’agit seulement de promouvoir les nouvelles bornes de recharge.

Porsche d’expliquer que les bornes de recharge rapide « gratuites » de Tesla ne feraient pas, économiquement, long feu. Puisque, à un moment donné, le client devrait toujours payer le cout de la recharge de son véhicule électrique. Malgré tout cela, on ne connaît pas encore très bien le projet de Porsche, surtout après la sortie de sa berline Mission E.

Il n’y a pas longtemps, il s’est associé avec quelques constructeurs de son pays pour faire évoluer les bornes de recharges rapides à 350 kW. Mais le hic dans ce projet, c’est au niveau du cout qui risque de dissuader les clients, car il ressemblerait à au cout du carburant remplissant le réservoir. Le seul avantage serait donc de rouler à pleine charge sans émettre les moindres gaz ou particule polluants et nocifs.

Tesla affirme que les constructeurs allemands ne tireront pas profit de ces bornes de recharge rapide, cela a changé.

Pour Porsche, il reste à éclaircir la tarification de la recharge, car, il y a aussi d’autres partenaires dans ce réseau de borne de recharge voiture électrique. Notons que ce réseau de borne de recharge  s’étendra dans toute l’Europe et Porsche installera des bornes de recharge rapide dans les zones où il possède ses propres bornes de recharge.

Ne ratez pas notre dernier article qui parle d’une affaire d’airbags défectueux aux USA.

Encore une affaire d’airbags défectueux aux USA


L’affaire du dieselgate a éclaté aux Etats-Unis il y a quelques années de cela, l’affaire de l’airbags défectueux de la marque Takata a aussi vu le jour au pays de l’Oncle Sam.

Rappelons que cette dernière affaire a coûté la vie à quinze personnes, dont onze dans les USA. Ce qui a conduit la  NHTSA, une agence de la sécurité routière américaine à ordonner à la société Takata à rappeler 70 millions de ces airbags qui sont utilisés par la plupart des constructeurs. L’histoire s’est terminée avec la déposition de bilan de Takata en juin 2017 et sa reprise par la société américaine Key Safety Systems contre 1,4 milliard d’euros.

Mais une autre affaire d’airbags vient de se pointer à l’horizon, toujours aux USA et les concernés sont des constructeurs … sud-coréens : Kia et Hyundai. Le  très célèbre agence de sécurité routière américaine NHTSA n’a pas attendu plus d’une dizaine de morts pour intervenir et a tout de suite ouvert une enquête dans cette affaire. Il y a en effet eu quatre morts dans cette nouvelle  affaire d’airbags. Si dans le premier cas, il s’agissait d’airbags Takata qui se déclenchent et projetant des projectiles mortels, mais dans cette nouvelle affaire il s’agit d’airbags qui ne se déclenchent pas du tout ! Dans l’un ou l’autre cas, il n’y a qu’une issue possible : l’airbag est toujours dangereux qu’il se déploie inopinément  ou non.

D’après les premiers constats, ces airbags de Kia et Hyundai ne se sont pas déclenchés suite à des problèmes de commande qui les empêchent de se déployer, lors des collisions.

Le constructeur Hyundai a donc fait un rapport afin de rappeler ses voitures, mais les deux constructeurs n’ont pas encore trouvé la source du problème. En plus clairs, ils n’ont pas encore trouvé la solution quand bien même l’opération rappel est déjà en cours.

Il reste aussi à déterminer le nombre des voitures à rappeler et si d’autres constructeurs sont aussi concernés par l’affaire. C’est l’avenir et le rapport de la NHTSA nous le dira.

Dans notre dernier article, on a parlé de la reprise de reprise des livraison des Alpines , alors, vérifiez votre commande pour savoir quand est-ce que la votre va arriver.

La livraison des Alpines recommence sur fond de problème.


Après un problème de « rupture de stock », la reprise de livraison des Alpines 110 est en cours. Le premier client de ce modèle de voiture a pu venir récupérer sa voiture au centre Alpine de Grenoble.

Donc, les fans de l’Alpine 110 peuvent pousser un soupir de soulagement après un temps de pause plus ou moins long. Et cet arrêt de livraison des Alpines de deux ans a été dû à un problème de l’offre, car, chose étrange pour un constructeur comme Alpine,  le stock de ce modèle  110 a été épuisé. La livraison se fait par ordre de commande, et cette première livraison arrive de justesse avant le salon de Genève dans lequel sera présentée aux visiteurs, la gamme de Pure et Légende.

On rappelle que le problème d’Alpine qui a entraîné la production de ce modèle concerne surtout l’incendie de cette voiture lors du tournage du film Top Gear.

Problème de livraison

Mais pour les autres clients qui ont déjà fait leurs (58 000 € l’unité) commandes depuis longtemps, la livraison ne se fera pas dans un délai plus court. Ils devront encore attendre au moins un an et demi avant de pouvoir profiter de leurs voitures préférées.

De plus, ils  devront aussi se contenter des nouvelles finitions Pure et Légende. Rappelons encore que même si cela fait longtemps que vous avez passé votre commande, cela n’accélèrera pas pour autant la date de livraison.

Mais comme il y a de nombreux clients, vous devez attendre votre tour avec patience. Pour vous donner une idée du temps de livraison, on va vous donner un exemple de ce client qui a effectué sa commande 2016 : il ne recevra sa voiture Alpine A110 Première qu’au mois d’août de cette année.

Le diesel est  un sujet qui anime la conversation des constructeurs et des automobilistes. On en parle dans notre dernier article qui s’intitule : Diesel, la décision de la cour administratif est tombé.